Présentation

Catégories

Liens

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Vendredi 23 décembre 5 23 /12 /Déc 16:14

Et si après ce long moment d'absence, je continuais ce blog ?

Les incrits à la newletters auraient-ils des conseils sur le contenus de celui-ci ?

Donner moi du courage !

 

02 jpg

Par soumis o - Publié dans : Présentation
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Samedi 5 juin 6 05 /06 /Juin 09:26

50 jpg

 

 

 

Eliane et Jean (partie 1)

 

 

Eliane se love contre Jean ; elle le caresse, l’embrasse amoureusement. Je ressens comme de la gêne d’être ainsi témoin de leur fougue. Jean ne reste pas de marbre : il passe ses mains dans la chevelure de sa femme avant le la faire glisser le long de son corps. Ils entreprennent de s’effeuiller lentement avec beaucoup de sensualité et de désir. Malgré ma gêne je sens mon sexe tendu à l’extrême. Le chemisier d’Eliane est maintenant complètement ouvert sur un joli soutien gorge finement brodé, sa jupe a légèrement remonté laissant entrevoir son string assorti. Jean de son coté n’est plus habillé que d’un caleçon. Il est effectivement très musclé. Eliane me fait posé le plateau en me demande de me déshabiller. J’ôte mon pantalon, mes chaussettes, j’enlève mon tee short et commence à descendre mon boxer quand Eliane intervient. Elle s’approche de moi et observe avec attention la large tâche qui souille mon sous vêtement. Je suis littéralement trempé. Eliane passe ses doigts sur le coton avant de me les faire sucer un à un. Elle n’hésite pas à entrer ces derniers à l’intérieur de ma bouche, jusqu’au fond de ma gorge me provoquant des hauts de cœur. Elle entreprend ensuite de descendre elle-même le dernier rempart de mon intimité. A la découverte de mon petit sexe tendu, elle éclate de rire. Elle prend à témoin son mari qui sourit ironiquement puis se dit rassurer de ne pas être venu pour faire une partie à trois car elle en aurait été pour ses frais. Je suis conscient de la petite taille de mon sexe et m’y suis fait avec ses longues années, mais le fait que celui-ci soit la risée de mes invités m’humilie particulièrement ; pourtant il reste définitivement tendu et laisse même échapper une coulée d’excitation qui tombe lentement au sol. Avec une volonté certaine de m’achever, Eliane se penche vers son mari et extirpe le sexe de celui-ci de son caleçon pour faire des comparaisons. En le caressant, elle m’explique que le sexe de Jean est une vraie bitte, qu’elle est plus large, plus longue, qu’elle sait la rendre folle de plaisir. Une hampe qui s’accorde parfaitement avec le corps viril de Jean me dit-elle. Instinctivement je baisse les yeux et avale ma honte en silence. En plaçant la pointe de ses escarpins sous mes testicules, Eliane continue sa tyrannie. Elle décrit ma petite chose visqueuse sur un corps qui manque de sport et de fermeté. Elle dit néanmoins apprécier l’absence totale de poils qui atteste mon manque de virilité.

Eliane s’est présentée comme novice en matière de domination mais je la ressens comme une véritable dominatrice et y prend apparemment beaucoup de plaisir.

Elle m’ordonne de me mettre à quatre pattes et de venir baisers ses escarpins et ses jambes en m’interdisant toutefois de dépasser la lisière de ses bas auto-fixant. Je m’affaire à ma tâche avec délice et dévotion. Je suis aux anges…

De son coté, ma maîtresse se penche sur son mari et entreprend une fellation que je ne peux voir mais que j’entends et que je devine par les mouvements de la belle. Je veille à couvrir de baisers chaque millimètre du cuir de ses chaussures et de ses jambes. J’aime particulièrement embrasser ses cuisses à hauteur de la limite accordée ; mon nez vient alors au contact de sa peau moite et mon regard peut se poser sur son entrejambe toujours protégé.

Au bout d’un certains temps, Eliane me fait cesser. Elle me fait mettre à genoux les mains dans le dos. Elle me félicite pour ma prestation et me dit avoir apprécié mon obéissance. Pour me remercier, elle m’octroie le droit de déposer mes lèvres sur ses seins. Après s’être débarrassée de son soutien gorge, elle m’offre le spectacle de sa superbe poitrine. Eliane me rend fou de désir. Se servant de ses mains pour présenter sa poitrine, elle pose ses tétons gonflés sur mes lèvres. Je les embrasse, les lèche, les avale. J’ai beaucoup de mal à canaliser mes ardeurs, tant l’excitation est forte mais Eliane décide de cesser.

 

Pendant une pose collation que j’ai du servir nu, Eliane me demande si ce petit moment passé ensemble me plait, si cette rencontre correspond à mes attentes. Je lui confie que c’est l’un de mes plus grands moments de plaisir et que la confiance est installée à un tel point que je serais prêt à aller plus loin dans mon rôle de soumis. A mon tour je me permets de leur demander si cette première expérience de domination leur a plu. Elle m’avoue prendre beaucoup de plaisir et se sent un peu grisé. Elle souhaite elle aussi aller plus loin et vivre l’un de ses fantasmes avec ma complicité mais préfère en parler avec Jean avant.

Je me propose de les laisser seuls pour en discuter.

 

 

La suite bientôt

Par soumis o - Publié dans : Vécu - Communauté : Couples Cuckold et Gynarchique
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 1 juin 2 01 /06 /Juin 06:54

En attendant la suite de ma rencontre avec Eliane et Jean, je vous fait partager une vidéo que j'ai glané sur le net et qui illustre assez bien mes fantasmes.

 

Voici le lien :

http://xhamster.com/movies/301254/bisex_cuckold.html

Par soumis o - Publié dans : Vidéos - Communauté : Couples Cuckold et Gynarchique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 28 mai 5 28 /05 /Mai 07:31

  cjpg

 

A l’époque, j’étais célibataire et à la recherche de complicité féminine. Internet n’était pas encore dans les foyers mais il existait ce qu’on appelait des réseaux téléphoniques sur lesquels on déposait des annonces.

J’avais du laissé une annonce du type :

« Homme soumis pour femme dominante 01 48 ……….. »

Quelques minutes plus tard je reçois un appel.

La charmante voix féminine me demande de me présenter physiquement.

Je lui donne mon age, ma taille, mon poids, la couleur de mes cheveux et de mes yeux. Bref une présentation anodine qui semble malgré tout répondre à ses attentes. Nous discutons alors de choses et d‘autres, histoire de faire plus ample connaissance. L’ambiance est plutôt décontractée et au bout d’un moment j’ai l’impression de bavarder avec une amie de longue date en oubliant même ce qui a amorcé cet appel.

Au bout d’une bonne demie heure, Eliane finit par me demander ce que je recherche exactement. Je lui confesse que j’aime me sentir dominé et que je recherche la complicité d’une femme plutôt dominatrice qui prendrait plaisir à me soumettre. Elle me questionne sur le type de domination recherchée. C’est avec un certain trouble que je lui avoue prendre du plaisir dans l’humiliation cérébrale ; être insulté et humilié autant physiquement que mentalement. 

C’est à ce moment là que j’apprends qu’Eliane vit en couple et que son mari est à l’écouteur depuis le début de notre conversation. Je reste muet. Je sens la chaleur me monter aux joues à l’annonce de la présence de cette oreille indiscrète. Elle me dit qu’elle n’a jamais dominé mais qu’elle serait prête à tenter l’expérience avec moi, en présence de son mari. Je suis déboussolé ; je n’avais pas imaginé me soumettre à une femme devant un voyeur. C’est avec un mélange d’excitation, d’appréhension et de honte que j’accepte sa proposition.

 

Quelques minutes plus tard, j’accueille mes invités. Eliane est une très belle femme aux cheveux longs, habillée d’un tailleur très BCBG. Ses escarpins mettent en valeur ses jambes fines mais musclées. Jean, son mari me fait penser à un rugbyman. Il semble un tantinet comprimé dans son blaser.

Je les débarrasse de leurs vestes et leur propose quelque chose à boire. Lorsque je reviens, chargé de trois cafés posés sur mon plateau, je m’apprêtant à  poser ce dernier sur la table basse de mon salon, Eliane m’ordonne de le garder dans les mains et de m’installer à genoux devant eux. J’obéis avec un certains trouble. J’aime cette sensation de me plier aux exigences d’une femme, mais c’est la première fois que je me soumets devant un homme. D’ailleurs, Jean observe la scène avec un rictus d’amusement qui me met mal à l’aise.

Eliane, en prenant son café, me demande comment je les trouve, s’ils sont à mon goût. Je ne taris pas d’éloge sur la féminité que ma nouvelle dominatrice dégage, sur sa prestance, sur son physique, et notamment sur ses jambes gainées qui sont à quelques centimètres de mon nez. Mes compliments sont sincères ; Eliane est vraiment très belle. Elle semble satisfaite de mes déclarations et joue à ouvrir et fermer ses cuisses. Je n’ose à peine baisser mes yeux pour découvrir ce qui se cache sous sa jupe mais entre-aperçois la démarcation de ses bas.

Elle m’ordonne de me relever en gardant le plateau dans les mains et entreprend de vérifier la marchandise qui s’offre à elle. Habilement elle défait ma ceinture, déboutonne mon pantalon et le baisse jusqu’aux genoux. Cette situation m’excite et je sens mon sexe se dresser à l’intérieur de mon boxer ce qui n’échappe évidemment pas à mes invités qui croisent leur regard avec un certain amusement. Elle me fait remarquer que j’ai omis de dire comment je trouvais Jean. Ma gorge se sert, je suis mal à l’aise. De mémoire, je n’ai jamais émis d’appréciation sur le physique d’un homme, le corps d’un homme m’a toujours laissé indifférent, mais je sais qu’Eliane attend de moi cette appréciation. Je ne veux pas la décevoir et prends donc sur moi pour m’efforcer de donner mon avis. Avec une voix chevrotante d’appréhension je dis que Jean m’impressionne par sa grandeur et sa carrure, qu’il a un physique plutôt agréable. Je me sens écarlate par cette déclaration et la situation. Eliane s’en amuse et décide même de pousser un peu plus mon humiliation. Elle me demande de répéter mon propos mais cette fois en regardant Jean dans les yeux en m’adressant directement à lui. La honte est à son comble : le plateau toujours dans les mains tel un serviteur, le pantalon baissé et la bosse qui déforme mon sous vêtement malgré la gêne causée par la situation. D’ailleurs Eliane fait remarquer à son mari la tache d’excitation qui apparaît sur mon boxer.

 

 

Suite  Eliane et Jean (Partie 2)

Par soumis o - Publié dans : Vécu - Communauté : Couples Cuckold et Gynarchique
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 7 mai 5 07 /05 /Mai 06:18

dessinnetb-fdomh-a-gnx-devant-pitance-ss-regard

 

Je suis nu, à genoux, les cuisses largement écartées. Mes épaules sont posées sur le sol glacé du carrelage. Mes mains rejoignent mes chevilles en passant entre mes jambes. Je suis offert comme me l’a imposé ma Maîtresse.

Je n’ai plus la notion du temps et mon angoisse monte progressivement.

Ma Divinité a demandé de laisser ma porte d’entrée entrouverte. Un simple courant d’air permettrait d’offrir ce lamentable spectacle aux voisins.

J’entends le bruit de talons sur les marches qui mènent à mon appartement. C’est Elle.

Bien que je ne La vois pas, je La sens dans la pièce mais n’ai pas entendu la porte se refermée. La situation m’inquiète…mais l’excitation me gagne.

Maîtresse me pose un bandeau sur les yeux et, afin de maintenir mes cuisses écartées « comme une bonne petite salope » dit-elle, elle me fixe une barre d’écartement au niveau des genoux. Elle me lie ensuite les poignets aux chevilles.

C’est ainsi exhibé avec impudeur que je dois attendre ses prochains tourments.

 

Maîtresse saisit mes testicules à leur base et les tire vers le haut. Cette manipulation m’oblige une cambrure plus prononcée. Je sens ensuite un objet métallique qui emprisonne puis se verrouille sur mes bourses. Celui-ci doit être relié à ma barre d’écartement car je sens mes parties intimes étirées vers l’arrière. Le bondage n’est pas douloureux mais très inconfortable et humiliant.

Soudain je sens la morsure que je connais tant. Les lanières du martinet s’abattent sur mes fesses ouvertes. Les brins s’enroulent autour de mes cuisses écartées, cinglent mes testicules vulnérables, enflamment mon anus découvert. La punition est longue et mon corps finit par réagir malgré moi. Le moindre mouvement agit sur l’étirement de mes membres. Mon fessier me brûle et un plaisir étrange s’empare de moi.

Je dois remercier ma Maîtresse en lui baisant tendrement les pieds. Elle me détache les mains puis s’en va.

Je découvre alors que ma Divine Maîtresse a emprisonné mes testicules et mon sexe avec des menottes. Je devrais attendre notre prochaine rencontre pour être enfin libéré.

 

Par revesdesoumission.erog.fr - Publié dans : Fantasmes - Communauté : Couples Cuckold et Gynarchique
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus